in

Confronté au PSG, le Bayern est écoeuré

Confronté au PSG, le Bayern est écoeuré

Certes le tirage au sort des huitièmes de finale de la C1 n’a pas gâté le PSG. Mais c’est aussi un gros coup dur pour le Bayern, qui ne s’attendait pas forcément à tomber contre pareil épouvantail.

Ces deux-là se connaissent bien. Ces cinq dernières années, ils se sont croisés à cinq reprises, pour un bilan de deux victoires parisiennes et trois succès munichois. Dont la finale de la Ligue des champions 2020, marquée par le sacre du Bayern sur un but de Kingsley Coman (1-0). Un an plus tard, c’est bien le PSG qui avait eu le dernier mot au stade des quarts de finale, après un beau résultat en Bavière (victoire 2-3) et malgré un revers au Parc dans la foulée (0-1). Aussi l’ogre allemand n’a-t-il pas bondi au plafond en voyant Paris lui revenir pour adversaire dès les huitièmes de finale de cette édition 2022-2023 de la C1.

« Ce sera un match entre deux bonnes équipes. C’est un adversaire solide, difficile. C’est du 50-50, juge Hasan Salihamidzic, le directeur sportif du Bayern, sur l’antenne de la chaîne L’Equipe. Ce seront deux gros matches, on a hâte d’y être. On est très bien en ce moment, mais on verra dans quel état on récupèrera les joueurs après la Coupe du monde. C’est très important de les récupérer en bonne forme. » Dès le tirage, le président Oliver Kahn n’avait pas caché une certaine crispation: « Je pense que c’est un peu notre destin, avait-il soufflé. C’est un grand match en perspective, avec les meilleurs joueurs du monde qui s’affrontent. Mais c’est encore loin, il est difficile de dire maintenant comment le match va se dérouler. »

Lire aussi :Le PSG, bête noire du Bayern ?Katastrophe pour le PSG !

L’entraîneur munichois Julian Nagelsmann est de loin le plus expressif, lui qui pensait s’épargner un tel mastodonte en bouclant la première phase en leader de poule. « On a hérité d’un adversaire compliqué. On avait déjà des adversaires redoutables dans la phase de groupes (Inter, Barça, Plzen, ndlr), on a fait premier du groupe, mais on n’a pas vraiment été récompensés de notre parfaite phase de groupes. Paris, qui a perdu la première place du groupe sur le dernier match, n’a pas non plus dû exulter en apprenant qu’il jouera contre nous. C’est un adversaire difficile, avec des joueurs de classe mondiale, mais le match est encore loin, entre-temps il y aura le Mondial… » Une compétition phare qui d’ici à la mi-février pourrait bien chambouler tout ce beau monde.

What do you think?