in

Hakimi, l’explication derrière son carton rouge

Hakimi, l’explication derrière son carton rouge

La direction de l’arbitrage a dévoilé les échanges entre les arbitres et le VAR durant OM-PSG dimanche. Instructif.

Cela ne permettra pas d’éteindre toutes les polémiques, mais des micros pourraient être placés sur les arbitres de Ligue 1 dans les mois qui viennent. Le but ? Entendre les échanges entre l’arbitre et les joueurs, ainsi qu’entre l’arbitre et la VAR.

On peut avoir un aperçu de ce que cela pourrait donner avec les extraits de la rencontre OM-PSG (0-0) révélés par la Direction technique de l’arbitrage (DTA), et relayés par RMC. On peut y entendre la façon dont les principales décisions ont été prises, notamment sur les trois actions-clés où la VAR est intervenu.

Pour les deux hors-jeux, c’est assez limpide. Comme après chaque but, l’action est visionnée par la VAR, et la décision tombe rapidement. Pour le but parisien, on entend ainsi l’assistant VAR s’adresser à Benoît Bastien pendant qu’il vérifie les images du CSC provoqué par Neymar: « Définition du point de contact. On zoome, on zoome. On pose le point sur le pied du joueur. Épaule. Donc il est hors-jeu. C’est clair. » Idem sur le but marseillais, où cette fois c’est Lirola qui est hors-jeu.

« Il y a clairement faute »

En seconde période, c’est cette fois une erreur de l’arbitre principal qui est corrigée. A vitesse réelle, M. Bastien n’a pas vu de faute d’Achraf Hakimi sur Cengiz Ünder. « Pour moi, il s’écroule au contact. Il tombe et il ramasse le ballon », indique M. Bastien. Mais dans la régie VAR, l’avis est différent: « Il y a clairement faute. Pour moi, il y a faute. C’est clair », indique l’assistant vidéo, qui décèle « un contact au niveau de la jambe » et invite l’arbitre principal à visionner l’action sur son écran de contrôle au bord du terrain.

Benoît Bastien s’exécute, et analyse les images: « Vas-y. Mets-moi le plan large. Vitesse réelle. » La faute est mise en lumière, ainsi que le fait qu’elle a été commise en dehors de la surface. Pas de penalty, donc, mais un carton rouge. Ce qu’explique M. Bastien à Hakimi: « Vous êtes le dernier, vous êtes à l’extérieur ».

Chacun pourra toujours juger différemment le choix effectué par les arbitres de la rencontre. Mais au moins, entendre leurs échanges permet de mieux comprendre le processus de décision.

Lire aussi :Sampaoli tacle aussi le public du VélodromeL’impuissance du PSG résumée en une stat

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *