in

John Textor se paie le PSG 

John Textor se paie le PSG 

Le propriétaire de l’Olympique Lyonnais vit mal le manque de suspense en Ligue et en veut pour cela au PSG et à ses dirigeants qataris.

Le PSG ne brille pas depuis le début de saison. Tel est le sentiment général qui domine ces derniers mois, les champions de France semblant toujours se chercher huit mois après l’arrivée de Luis Enrique. Le club de la capitale a d’ailleurs eu toutes les peines du monde à s’extirper de son groupe de Ligue des champions, terminant seulement à la deuxième place derrière le Borussia Dortmund.

En Ligue 1, la donne est totalement différente. Après avoir vu l’OGC Nice démarrer la saison pied au plancher, le PSG a vite récupéré son trône de leader et compte désormais 11 longueurs d’avance sur son dauphin, le surprenant Stade Brestois. Les autres cadors sont encore bien plus loin: Monaco est à 13 points, Marseille à 21 et Lyon à 26…

« Est-ce que quelqu’un s’amuse ? »

Malgré cette saison de transition vécue par les Parisiens, le 12e titre de champion de France leur tend déjà les bras et les 2,4 points de moyenne affichés sont pour le moins édifiants. Et tant pis pour le suspense  ! La situation est d’ailleurs difficile à vivre pour John Textor, le propriétaire américain de l’Olympique Lyonnais. « Qui va s’intéresser au championnat de France et le regarder à la télé si on sait qui va gagner ?», s’est-il interrogé en marge d’un colloque organisé par le journal Financial Times sur le business du football.

« Tout le monde se bat pour la deuxième place, c’est la même équipe qui l’emporte chaque année », a-t-il renchéri, ne manquant pas de souligner que les autres clubs sont « en concurrence avec un gouvernement, pas avec une entreprise privée ». L’homme d’affaires américain ne se prive d’ailleurs pas d’évoquer le sujet avec Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG. « Je dis (au président du PSG) Nasser (Al-Khelaïfi) en privé et quelques fois en public: « Est-ce que quelqu’un s’amuse ? Pourquoi aimes-tu ça ? » », a-t-il ainsi lancé.

What do you think?