in

Luis Enrique, la sortie polémique

Luis Enrique, la sortie polémique

Luis Enrique a refusé de se prononcer sur le cas Luis Rubiales ce vendredi devant la presse. Un silence malvenu vu d’Espagne.

Luis Rubiales a définitivement volé la vedette aux Espagnoles championnes du monde. En embrassant Jennifer Hermoso lors de la cérémonie protocolaire et en multipliant les gestes déplacés, le patron de la Fédération espagnole de football (RFEF) a terni plus encore une image déjà bien dégradée de l’autre côté des Pyrénées. Son entêtement face à la polémique, et son refus de démissionner ce jour lors de l’assemblée générale extraordinaire de la RFEF crispant davantage les débats au pays.

Alors que l’indignation gronde et va crescendo en Espagne, Luis Enrique, sollicité sur la question ce jour en conférence de presse, a préféré botter en touche et saluer le travail jusqu’alors accompli par ledit président. « J’ai travaillé longtemps au sein de la fédération, le travail accompli par Luis Rubiales et son staff a été un travail vraiment exceptionnel. Il y a eu de très bonnes performances, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En ce qui concerne le dernier épisode, le président a reconnu ses erreurs et mon opinion n’est pas forcément nécessaire sur ce sujet-là », dixit le coach du PSG.

« Tu te trompes Luis Enrique »

Une posture mal perçue chez les Ibères, où l’on rappelle Luis Enrique à ses responsabilités, à l’image du journaliste d’El Diario Carlos Navarro dans sa tribune du jour, ainsi relayée par RMC: « Tu te trompes Luis Enrique, il n’est pas seulement nécessaire que tu fasses une déclaration, il est essentiel et presque obligatoire que tu le fasses, toi et le reste des professionnels du football. » Nombreux sont les acteurs du ballon rond espagnol à avoir réagi en effet. A l’instar de Borja Iglesias, qui a annoncé son retrait de la sélection tant que les mesures adéquates ne seraient pas prises.

Les principales concernées ont de leur côté affirmé leur position sur la question dans un communiqué commun publié dans la soirée: « Les joueuses de l’équipe nationale senior, récemment championnes du monde, en soutien à Jennifer Hermoso, souhaitent exprimer leur condamnation ferme et catégorique d’un comportement qui porte atteinte à la dignité de la femme. […] Les joueuses de l’équipe nationale espagnole de football attendent des réponses fortes de la part des autorités publiques afin que des actions telles ne restent pas impunies. […] Nous sommes tristes qu’un événement aussi inacceptable parvienne à ternir le plus grand succès sportif du football féminin espagnol. Après tout ce qui s’est passé pendant la Coupe du monde féminine, nous voulons affirmer que toutes les joueuses qui ont signé cette lettre ne reviendront pas en équipe nationale si la direction actuelle continue. »

Les joueuses signataires de ladite lettre: Jennifer Hermoso ; Alèxia Putellas ; Misa Rodríguez ; Irene Paredes ; Ona Batlle ; Mariona Caldentey ; Teresa Abelleira ; María Pérez ; Cata Coll ; Aitana Bonmati ; Laia Codina ; Claudia Zornoza ; Oihane Hernández ; Rocío Gálvez ; Irene Guerrero ; Alba Redondo ; Athenea del Castillo ; Eva Navarro ; Enith Salón ; Ivana Andrés ; Olga Carmona ; Salma Paralluelo ; Esther Gonzalez ; Patricia Guijarro ; Lola Gallardo ; Nerea Eizagirre ; Ainhoa Moraza ; Maria León « Mapi » ; Sandra Paños ; Claudia Pina ; Amaiur Sarriegi ; Leila Ouahabi ; Laia Aleixandri ; Lucia García ; Andrea Pereira ; Vero Boquete ; Ainhoa Tirapu ; Sandra Vilanova ; Ana Romero « Willy » ; Silvia Meseguer ; Nagore Calderón ; Carmen Arce « Kubalita » ; Priscila Borja ; Natalia Pablos ; Susana Guerrero ; Larraitz Lucas ; Isabel Benito ; Amanda Sampedro ; Isabel Fuentes ; Elisabet Sánchez ; Mari Paz Azagra ; Vanesa Gimbert ; Virginia Torrecilla ; Leire Landa ; Elisabet Ibarra ; Marta Torrejón.

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *