in

Avec ce Mbappé, c'est plus facile

Avec ce Mbappé, c'est plus facile

Bien aidé par le doublé de Kylian Mbappé, mais aussi par un collectif solide et efficace, le Paris Saint-Germain n’a jamais tremblé sur le terrain de la Real Sociedad (1-2) et rallie les quarts de finale de la Ligue des champions.

Le Paris Saint-Germain a vécu suffisamment de matches retour où cela tourne mal, en Ligue des champions, pour ne pas apprécier cette qualification tranquille. Vainqueur 2-1 sur la pelouse de la Real Sociedad, après s’être imposé 2-0 au match aller, le club de la capitale s’offre ainsi un billet pour les quarts de finale de la C1, où l’attend un adversaire sans doute plus redoutable que le club basque, décevant sur cette double confrontation.

Finalement, la dramaturgie s’est concentrée sur les trois semaines qui ont séparé le match aller et le retour, avec l’annonce du départ de Kylian Mbappé, et la petite passe d’armes entre le Bondynois et son entraîneur, qui n’a pas hésité à le sortir ou à l’envoyer sur le banc à plusieurs reprises. Luis Enrique trouvait que Mbappé n’était pas lui-même depuis quelques temps. Le capitaine lui a répondu en livrant une prestation de haut vol.

Déjà dangereux à la 9e minute avec un débordement et un centre pour Bradley Barcola, Mbappé a ouvert le score sur un but de grande classe, avec des feintes pour s’offrir un angle de frappe, et un tir aussi puissant que parfaitement placé (0-1, 15e). Le n°7 parisien a soulagé son équipe avec ce but, et après une frappe repoussée par Remiro (29e), son doublé en début de seconde période a définitivement tué le suspense (0-2, 55e).

Mbappé a joué 90 minutes

Le PSG peut remercier Mbappé, bien sûr. Mais dans un schéma inédit (avec Dembélé en milieu offensif axial derrière un duo Mbappé-Barcola très libre), c’est tout le collectif parisien qui s’est montré supérieur à son adversaire sur ce match retour, à l’image du deuxième but parisien: une longue séquence de passes, où l’on pourra apprécier la belle passe vers l’avant de Lucas Beraldo, très à l’aise en défense centrale, à son poste.

Le PSG n’a relâché son emprise que dont la dernière demi-heure, où Donnarumma a retardé l’échéance (78e), même si Merino a fini par offrir un petit but pour l’honneur au public d’Anoeta (1-2, 89e). Tout le suspense résidait alors dans cette question: Mbappé allait-il jouer 90 minutes pour la première fois depuis le match aller ? La réponse est oui. Ce Mbappé-là, dans cette compétition-là, il est quand même mieux sur le terrain.

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *