in

« M’en bats les couilles », un joueur parisien explose sur les réseaux sociaux

« M’en bats les couilles », un joueur parisien explose sur les réseaux sociaux

Pris à partie par le public du Parc des Princes au moment de célébrations, Layvin Kurzawa a répondu à sa manière sur Instagram.

Cette fois, Layvin Instagram compte bien parmi les champions de France. Il y a un an, si le club de la capitale avait décroché son 11e titre en Ligue 1, l’ancien Monégasque n’avait pas eu voix au chapitre de la saison, devant se contenter d’une seule et unique apparition en Coupe de France. Cette fois, l’international tricolore, convoqué à huit reprises dans le groupe parisien par Luis Enrique, a joué en Ligue1, entrant en jeu en octobre dernier dans les dernières minutes du match face à Strasbourg.

Layvin Kurzawa a donc décroché son cinquième titre de champion de France après ceux de 2016, 2018, 2019 et 2020. Le natif de Fréjus a donc défilé avec ses coéquipiers parisiens après le match perdu face à Toulouse (1-3), recevant un nouveau « Hexagoal ». Mais à l’annonce de son nom par le speaker du Parc des Princes, le latéral francilien a été copieusement sifflé, plus encore que Carlos Soler ou Fabian Ruiz, eux aussi pris en grippe par le public du Parc des Princes.

Il avait offert une dizaine de places à ses abonnés

Cette manifestation des supporters présents dans l’enceinte Porte d’Auteuil n’a toutefois pas gâché son plaisir. Layvin Kurzawa y a d’ailleurs répondu à sa manière sur les réseaux sociaux. Le joueur parisien a en effet posté une photo de Makelele lors d’une interview restée dans toutes mémoires. Interrogé au sujet du choc face au Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde 2006, le milieu de terrain avait en effet lâché: « Brésil ou pas, m’en bats les couilles. Ronaldinho, machin, chouette… Rien à foutre ! »

Layvin Kurzawa, qui avait offert une dizaine de places à ses abonnées pour le match face à Toulouse, a pris soin d’accompagner cette photo de trois émoticônes hilares et d’un autre envoyant des bisous.

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *