in

Michel Denisot, la grande émotion

Michel Denisot, la grande émotion

Né un 16 avril, Michel Denisot a fêté mardi ses 79 ans. L’ancien président du PSG a reçu de très nombreux messages. De quoi l’émouvoir.

Pour tout supporter du Paris Saint-Germain qui se respecte, Michel Denisot est un nom bien connu. Homme de télévision, le natif de Buzançais a débuté à l’ORTF dans les années 60, puis a rejoint Canal+ quelques années plus tard. Le début pour lui d’une grande aventure. Plusieurs présentations d’émissions à son compteur, mais aussi un passage par la case football. Canal+ ayant racheté le Paris Saint-Germain, Michel Denisot profitera de l’occasion pour occuper la présidence du club. En tant que président délégué, il y restera sept ans, pour sept titres remportés. De quoi rester dans les mémoires. S’il doutait de sa notoriété demeurée intacte, il a été rassuré.

Car mardi soir, en même temps que le PSG renversait le FC Barcelone pour se hisser en demi-finales de la Ligue des champions, Michel Denisot a fêté ses soixante-dix-neuf ans. Et celui qui fut également président de la Berrichonne de Châteauroux a reçu un nombre incalculable de messages et de marques d’affection. Une vague à laquelle il ne s’attendait visiblement pas, comme il l’a dit à sa manière dans un message posté jeudi sur ses réseaux sociaux. « Je suis toujours étonné de la mémoire des supporters et je les remercie beaucoup. »

Président pour toujours

Les supporters ont ainsi été très nombreux à lui rendre hommage. « Vous êtes la légende du club », « Michel Denisot, c’est Paris », « Président pour toujours, Monsieur Denisot », ou encore « On a vécu des choses inoubliables ». Autant de témoignages d’amitié qui ont réchauffé le cœur de l’ancien dirigeant. Sous la président de Michel Denisot, Paris a remporté le championnat de France en 1994 et a terminé par trois fois à la seconde place (1993, 1996 et 1997). Il a remporté trois Coupes de France (1993, 1995 et 1998) ainsi que deux Coupes de la Ligue (1995 et 1998), auxquelles il faut ajouter un Trophée des champions (1995) et peut-être le meilleur pour finir : la Coupe des Coupes 1996.

Son passage à la tête du PSG aura tant marqué, que le poste lui sera à nouveau proposé en 2009, mais il choisira de décliner l’offre, histoire de rester sur de bons souvenirs. Et il a bien fait puisque plus de vingt-cinq ans après son départ, il reste plus que jamais dans les mémoires.

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *