in

PSG, c’est du jamais vu 

PSG, c’est du jamais vu 

Le PSG a subi la loi du Borussia Dortmund en demi-finale de la Ligue des champions. En faisant preuve d’une malchance totalement inédite.

La poisse totale  ! Au vu de l’historique du PSG dans la compétition, c’est à se demander si le club n’est pas maudit à l’échelle de la Ligue des champions… Mardi soir au Parc des Princes, comme à l’aller six jours plus tôt à Dortmund, Paris s’est incliné 0-1 devant le BvB. Et comme en Allemagne, les hommes de Luis Enrique ont rencontré une malchance tenace exceptionnelle dans leurs tentatives.

« On n’a pas été inférieurs sur ces deux matches. On a tiré six fois sur le poteau (deux poteaux et deux barres ce mardi soir, plus deux montants sonnés à l’aller, ndlr), on a tiré 31 fois aujourd’hui (mardi) et on n’a pas marqué. C’est curieux le football mais il récompense celui qui marque et non celui qui tire sur les poteaux », soufflait à chaud devant la presse le coach catalan des Parisiens. La différence entre le poteau et le ballon qui entre ça dépend de quoi ? On a eu trois xG (expected goals, soit le nombre de buts auxquels le PSG pouvait prétendre au vu de ses occasions, ndlr), on a eu de la malchance. »

Des stats accablantes et inédites

Le ressenti amer de Luis Enrique est tout à fait fondé si l’on se fie aux statistiques relevées par Opta. Des chiffres totalement inédits dans la reine des compétitions européennes. « Paris a tenté 30 tirs ce soir, plus haut total pour une équipe sans marquer en phase à élimination directe de Ligue des champions depuis qu’Opta analyse la compétition (2003-04). Le PSG a également trouvé quatre fois les montants, une première pour une équipe sur ce type de match », révèle le référent en stats sportives.

Autre donnée encore jamais relevée en C1: « Paris a touché 12 fois les montants adverses cette saison en Ligue des champions (dont la moitié contre Dortmund), plus haut total pour une équipe sur une édition » de cette compétition. Mais aussi, et c’est peut-être là le plus parlant: « Paris a perdu six de ses sept matches en demi-finale de C1 (83%), plus haut ratio de défaites sur ce type de rencontres parmi les équipes en ayant disputé au moins cinq. » La poisse, définitivement. Mais pas seulement visiblement…

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *