in

Ramos, ça fait mal

Ramos, ça fait mal

En souffrance lors du choc face à Lens, dimanche, Sergio Ramos fait de la peine à Éric Di Meco.

Abonné à l’infirmerie la saison dernière, Sergio Ramos est cette saison épargné par les blessures. De quoi lui permettre d’enchaîner les rencontres. Pour autant, l’ancien Madrilène est dans le dur. Lors du choc face à Lens, dimanche, l’international espagnol a souffert, ratant notamment une intervention à l’origine du deuxième but.

A en croire Éric Di Meco, le champion du monde 2010 est simplement rattrapé par la limite d’âge. « Le gros problème, c’est quand je le vois souffrir comme il souffre sur le terrain, sur les gestes défensifs ou il excellait quand il se retourne, pour anticiper… Le match contre Lens, le voir comme ça, c’est une souffrance. Cela ne retire rien à ce joueur qui est immense, qui restera l’un des plus grands défenseurs de l’histoire du football, mais on a tous une fin », a ainsi lancé l’ancien latéral.

« Quand tu as les ailes qui touchent la piste, ça se voit, ça se voit beaucoup. Tu as du mal à accélérer et le mec te prends trois mètres, tu as du mal à te retourner. Tu le sens en plus quand tu as du mal à te retourner, que l’adversaire accélère et que ça va plus vite que toi. C’est l’impression que j’ai sur ce début de saison où il joue beaucoup, où on a mis un système pour lui au départ », a-t-il poursuivi, ajoutant: « Je pense que c’est quasiment suicidaire de le mettre dans une défense à quatre, il faut prendre des guillemets parce que ce genre de joueurs est capable de se sublimer sur des grands matchs mais uniquement sur un one shot. Quand je le vois en difficulté comme il l’est, avec ce qu’il a fait dans sa carrière et avec le joueur que ça a été, ça me fait de la peine. On sent qu’il est au bout. Est-ce qu’on peut miser sur lui dans l’avenir pour aller chercher un gros titre ? J’ai un gros doute et ce n’est pas ce que je vois de lui récemment qui me rassure. »

What do you think?