in

Rico, le miracle est pour bientôt

Rico, le miracle est pour bientôt

Victime d’un grave accident de cheval au printemps dernier, Sergio Rico espère renouer avec le PSG d’ici un mois.

C’est sans doute très optimiste, mais Sergio Rico veut croire en un retour imminent à l’entraînement et à la compétition avec le PSG. La fin février, tel est l’objectif du gardien de but espagnol de 30 ans. « Si tout se passe bien, souffle-t-il dans un entretien accordé au Canal Football Club. Le plus important est de retrouver la compétition et mes coéquipiers. »

Plongé dans le coma trois semaines durant après un effroyable accident de cheval le 28 mai dernier en Andalousie, l’intéressé estime avoir été sauvé par le football. « J’ai tout de suite demandé au médecin si je pouvais rejouer un jour au football. Il était très surpris, mais il a dit oui. J’ai presque sauté de mon lit d’hôpital », narre celui qui confesse par ailleurs: « Personne ne veut mourir, mais si j’avais dû arrêter le foot, ça n’aurait pas valu la peine… »

« Je me plais beaucoup à Paris »

« La vérité est que je dois tout au football. C’est toute ma vie, poursuit-il. Un médecin m’a expliqué que mes artères étaient un peu plus résistantes que celles d’une personne normale qui ne faisait pas autant de sport. Si je n’avais pas été sportif de haut niveau, je serais peut-être mort. » Et d’admettre une limite à sa progression encore à ce jour: « Je ne peux pas dépasser 130 battements (de cœur, ndlr) par minute. Tout ce que je peux faire dans cette limite, je le fais. »

Pour autant, Sergio Rico assure vivre une convalescence idéale, lui qui avait perdu 20 kg pendant son séjour à l’hôpital. « J’ai repris tous les kilos perdus, j’ai déjà récupéré beaucoup de masse musculaire. Je n’ai aucune séquelle, je n’ai aucun problème de mémoire. Les médecins ont parlé d’un risque au niveau de l’équilibre, mais il est parfait… c’est presque un miracle que je sois aussi bien ! » Tant et si bien que le portier ibère, en fin de contrat en juin prochain, se verrait bien prolonger avec Paris. « C’est au club de décider s’il veut me prolonger ou non, note-t-il. J’espère que ce sera le cas, j’aimerais bien ! Je me plais beaucoup à Paris. J’ai reçu beaucoup de soutien et j’aimerais le rendre avec mon travail. »

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *