in

Quelle sanction pour Mbappé  ?

Quelle sanction pour Mbappé  ?

Pour avoir refusé de participer aux opérations marketing liées à son statut d’international tricolore, mardi, Kylian Mbappé s’est mis à dos la FFF. Noël Le Graët évoque la suite à donner à cette affaire.

C’est une situation bien embarrassante pour la Fédération française de football et son patron Noël Le Graët. Mardi matin, Kylian Mbappé a refusé de quitter sa chambre à Clairefontaine pour se prêter au jeu des sponsors et des fameuses opérations marketing qui incombent à chacun des joueurs de l’équipe de France. La raison évoquée par l’avocate de l’intéressé ? Une incompatibilité de valeurs entre le phénomène du PSG et certains des partenaires des Bleus.

Retenu au siège de la FFF, à Paris, lors de cette mutinerie toute relative, Noël Le Graët avoue à L’Equipe avoir tenté de raisonner le prodige. « Je lui ai dit de descendre pour participer aux opérations avec les partenaires. A un moment, il était prêt à le faire. Puis, il a dit: « Non, je ne descends pas ». Qu’est-ce que vous voulez faire ? », se demande interdit le haut-dirigeant breton, visiblement éberlué par la tournure des événements.

Pas d’exclusion envisagée

Aussi la réaction de la fédération se fait elle à tâtons, via un premier courrier d’ordre juridique pour rappeler au jeune buteur ses obligations d’international – chaque joueur convoqué en équipe de France signant un accord de droit d’image tout en s’engageant à honorer les demandes marketing des différents sponsors des Bleus. « Il y aura une lettre de nos avocats qui va lui être adressée et à son avocate. On va voir point par point ce qui pose problème. On souhaite améliorer les choses et que les gens soient contents, sponsors et joueurs », souffle Le Graët.

« Je vais le rencontrer rapidement, poursuit ce dernier au sujet de Mbappé. Hier (mardi, ndlr), il y avait tellement de réunions… Je vais à Marseille voir le match (contre la Côte d’Ivoire vendredi, ndlr), puis à Lille (contre l’Afrique du Sud le mardi suivant). Ensuite, il y a un peu de temps pour que l’on se voie. Il est Parisien et moi aussi de temps en temps… J’ai confiance en lui. Au niveau joueur, il est incontestable. J’ai eu Didier (Deschamps, ndlr) il y a dix minutes, tout se passe bien à Clairefontaine. Cela n’a aucune conséquence pour l’avenir. Cela permet à nos avocats de travailler… J’ai confiance en lui. C’est un garçon brillant. Je n’en fais pas une affaire d’État. » Pas une affaire d’Etat mais une petite révolution de palais tout de même.

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *