in

Sergio Ramos, des injections aux lourdes conséquences

Sergio Ramos, des injections aux lourdes conséquences

A désormais 35 ans, Sergio Ramos, arrivé au PSG l’été dernier mais qui n’a pu disputer que 3 matches, a désormais des soucis physiques récurrents après avoir forcé durant toute sa carrière.

Un premier match le 28 novembre, 4 mois seulement après sa signature, puis une mi-temps contre des amateurs en Coupe de France et une entrée en jeu, mercredi à Lorient (1-1), ponctuée par une exclusion… C’est peu dire que le bilan de Sergio Ramos au PSG est pour l’instant d’une grande pauvreté. Les Rouge et Bleus pourront-ils compter sur l’immense expérience du vétéran espagnol de 35 ans lors des grands rendez-vous de la seconde partie de saison ? Pas certain…

Depuis plus d’un an, le défenseur central a bien du mal à éviter les pépins musculaires et donc à enchaîner les matches en étant l’incroyable roc défensif qu’il a été. Des blessures à répétition qui sont « assez inquiétantes » pour Fred Hermel, le correspondant de L’Equipe et de RMC à Madrid, qui connaît bien l’ancien capitaine des Merengues laissé libre au printemps dernier. « Le problème, c’est son genou, avec une stabilité qui n’est pas la même, des appuis qui ne sont plus les mêmes et donc ce qu’on appelle les fameuses compensations. Lui, sa fragilité musculaire est sur les mollets », détaille ainsi le journaliste dans l’After Foot, rappelant que Ramos a eu recours à « beaucoup d’infiltrations et d’antidouleurs dans sa carrière » car « c’est quelqu’un ne voulait jamais arrêter ».

Injections = opération

A y regarder de plus près, Sergio Ramos a en effet enchaîné de très nombreuses saisons à 50 matches avec le Real et la Seleccion et mêmes des exercices à 67 et 62 rencontres officielles en 2010-2011 et 2012-2013 ! Lui qui a été lancé à 17 ans en pros à Séville et à 18 ans en équipe nationale, quelques mois avant son arrivée à la Casa blanca.

Et, depuis quelques années, l’Andalou a en effet recours aux antidouleurs. En février dernier, il avait reçu 4 injections au genou pour disputer la Supercoupe d’Espagne. Il avait été contraint de se faire opérer dans la foulée. En 2017, pour la finale de la Ligue des champions contre la Juventus, il avait calmé ses douleurs au genou et à l’épaule par des injections de corticoïde. Il avait d’ailleurs été contrôlé positif avant d’être blanchi par l’UEFA, le médecin du Real Madrid ayant mal renseigné le formulaire lors du test anti-dopage.

Dans le doute concernant son corps, malgré son professionnalisme exemplaire, Sergio Ramos tentera de se préparer minutieusement ces 2 prochains mois pour pouvoir défier ses anciens coéquipiers madrilènes en 8e de finale de Ligue des champions. Le match aller est programmé le 15 février au Parc des Princes. Sans avoir recours à des infiltrations qui ne sont pas sans conséquence sur le moyen et long terme.

❌ Sergio Ramos, Bamba Dieng, Andreaw Gravillon… Toutes les décisions de la Commission de Discipline⤵️https://t.co/iOxEBM1p1L

— Ligue 1 Uber Eats (@Ligue1UberEats)

Pauline Schmitt

Written by Pauline Schmitt

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *